Recette paléo : papillotes de saumon frais aux poireaux et amandes !

Cet article participe à l’évènement inter-blog “Ma recette paléo préférée” organisé par Julien Khong du blog Vivre Paléo. Vous trouverez la liste des autres participants et leurs recettes sur la page de l’évènement.

Voici donc une recette paléo de plus à ajouter à vos menus, régalez-vous !

Pour consulter la recette, lisez la suite de l’article 🙂

 

Ingrédients pour 1 personne

  • 1 poireau
  • 1 pavé de saumon frais
  • 30 g d’amandes coupées en lamelles (non grillées et non salées)
  • 2 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 citron
  • Sel et poivre

RECETTE: (ENVIRON 40 MINUTES)

1) Laver le poireau et conserver le blanc, le découper en fines lamelles et faire chauffer une poêle.

2) Déposer les deux cuillères à soupe d’huile d’olive au fond de la poêle

3) Y insérer les lamelles de poireaux, un verre d’eau (20 cl) et faire cuire à feu doux pendant 5 minutes

4) Ajouter les amandes dans la poêle et laisser cuire le tout pendant encore 10 minutes à feu doux, couvrir le tout.

5) Pendant ce temps, préparer une papillote avec du papier sulfurisé classique, une feuille de 30 cm x 30 cm suffira !

(L’aluminium s’avère toxique mais à cette époque je n’avais que celà sous la main, utilisez du papier sulfurisé)

6) Faites préchauffer votre four pendant 10 minutes à 200°.

7) Sortir les poireaux et les amandes et les déposer sur la feuille d’aluminium.

8) Déposer également votre pavé de saumon sur les légumes, saler et poivrer l’ensemble

9) Ajouter du jus de citron après l’avoir coupé en deux

10) Refermez la papillote et enfournez pendant 20-25 minutes

 

C’est prêt, vous pouvez déguster 🙂

Voici une précision intéressante laissée par une des lectrices du blog au sujet de l’aluminium :

Merci pour ta recette, mais précision très importante car trop peu de gens le savent en France, jamais de papillotes d’aluminium avec des préparations aux agrumes, vinaigres, tomates, épinards, vin, etc… Le ph de ce genre d’alimentation attaque l’aluminium de la papillotte et ira directement dans ton organisme, qui déteste ça, c’est un vrai poison. Un ami m’a même dit avoir eu une réaction très violente, une vraie crise d’angoisse après avoir bu une boisson citronnée qu’il avait mis dans une vieille thermos familiale, dont l’intérieur n’était pas en inox, mais en alu… A la limite, c’était presque une chance pour lui de réagir aussi vite et violemment, sinon il aurait pu continuer à s’empoisonner. Tu pourras vérifier sur Internet, l’empoisonnement à l’ alu c’est pas des fadaises. Faute de mieux, si la recette l’exige, j’utilise du papier sulfurisé, cocotte en silicone (mais je me pose des questions parfois sur le côté neutre des ces matières car ça n’a jamais été étudié). Donc j’utlise souvent, à la place de la papillote en alu, des feuilles de chou ou de salade blanchies et je ferme bien cette papillotte végétale à la ficelle, ça parfumé en plus, c’est sympa, ou je fais une croute sel, farine, eau ou sel et blanc d’oeuf, selon la recette à adapter, et je cuis le tout soit à la vapeur, soit au four dans plat qui n’est pas en alu lol
Et non mille fois non, même pas deux papillotes en alu avec des trucs qui attaquent l’ alu si tu ne veux pas te dézinguer le cerveau et l’organisme, on ne plaisante pas avec les métaux lourds, ce n’est pas parce qu’on est mal informés sur des problèmes sanitaires pour des raisons de fric, de lobbying, d’immobilisme, de laxisme et d’ignorance, qu’on ne les a pas… on ne rigole pas avec l’alu, je vous assure…

Cet article a 8 commentaires

  1. Bonjour Romain,
    comme j’ai été très sage durant l’année qui vient de s’écouler, le père Noël m’a gâté avec deux magnifiques papillotes en silicone. Je n’ai pas l’habitude d’utiliser ce type d’ustensile du coup, je me suis aventuré sur le web pour trouver quelques recettes et je suis tombé par hasard sur ton blog. J’en viens donc à ma question : je constate que mes papillotes ne ferment pas hermétiquement, du coup y a-t-il un risque durant la cuisson ? Utilisez-vous vous aussi ce type d’ustensile ou dois-je préférer le papier d’aluminium comme indiqué dans votre recette ?
    Cordialement,
    Roger

    1. Bonjour à vous !
      Je ne pense pas qu’il y ai de contre-indications à utiliser des papillotes qui ne sont pas fermées, à part peut être en ce qui concerne la conservation des saveurs. Pour ma part, je reste sur mes papillotes en aluminium pour l’instant :). Ceci dit, rien en vous empêche d’essayer vos papillotes silicone et de nous dire ce que vous en pensez ?

      Cordialement,
      Romain

      1. J’ai fait le test avec les deux papillotes en silicone que l’on m’a offert. Pour l’une d’entre elle, j’ai utilisé de la ficelle à rôti pour la maintenir fermée, il est clair que celle qui ne fermait pas correctement était plus sèche. J’ai lu également ailleurs sur le web qu’il n’était pas conseillé d’utiliser du papier aluminium pour faire des paillotes dès lors qu’il y a du citron dans la recette (question d’acidité apparemment). Bref, la papillote fermée est plus gouteuse, je garde la ficelle à rôti sous la main pour les prochaines 😉
        Roger

        1. Tu as trouvé la technique miracle 🙂

  2. Hello, sympa ta recette, j’apporte cependant 2 bémols :

    Tu savais que lorsque tu les chauffes (lors de la cuisson de ton poisson par ex), les omegas 3, hautement instables par nature, sont dézingués ?

    Et puis dommage pour le papier alu, un peu toxique qd même, moi je remplace par du papier cuisson !

    Bonne continuation !

    1. Hello,
      Dans ces cas la, il faut manger le saumon cru ? Miam 😉

      Et question toxicité, ce n’est pas en faisant des papillotes 2 fois par mois que vous allez vous intoxiquer, mieux vaut commencer par parler de la toxicité de l’eau du robinet, de la pollution, et des déchets radio actifs avant de s’attaquer au papier alu ! Sinon l’idée du papier cuisson est bonne également 🙂

  3. Merci pour ta recette, mais précision très importante car trop peu de gens le savent en France, jamais de papillotes d’aluminium avec des préparations aux agrumes, vinaigres, tomates, épinards, vin, etc… Le ph de ce genre d’alimentation attaque l’aluminium de la papillotte et ira directement dans ton organisme, qui déteste ça, c’est un vrai poison. Un ami m’a même dit avoir eu une réaction très violente, une vraie crise d’angoisse après avoir bu une boisson citronnée qu’il avait mis dans une vieille thermos familiale, dont l’intérieur n’était pas en inox, mais en alu… A la limite, c’était presque une chance pour lui de réagir aussi vite et violemment, sinon il aurait pu continuer à s’empoisonner. Tu pourras vérifier sur Internet, l’empoisonnement à l’ alu c’est pas des fadaises. Faute de mieux, si la recette l’exige, j’utilise du papier sulfurisé, cocotte en silicone (mais je me pose des questions parfois sur le côté neutre des ces matières car ça n’a jamais été étudié). Donc j’utlise souvent, à la place de la papillote en alu, des feuilles de chou ou de salade blanchies et je ferme bien cette papillotte végétale à la ficelle, ça parfumé en plus, c’est sympa, ou je fais une croute sel, farine, eau ou sel et blanc d’oeuf, selon la recette à adapter, et je cuis le tout soit à la vapeur, soit au four dans plat qui n’est pas en alu lol
    Et non mille fois non, même pas deux papillotes en alu avec des trucs qui attaquent l’ alu si tu ne veux pas te dézinguer le cerveau et l’organisme, on ne plaisante pas avec les métaux lourds, ce n’est pas parce qu’on est mal informés sur des problèmes sanitaires pour des raisons de fric, de lobbying, d’immobilisme, de laxisme et d’ignorance, qu’on ne les a pas… on ne rigole pas avec l’alu, je vous assure…

    1. Salut Claire,
      Oui, effectivement tu as raison, je vais d’ailleurs le préciser dans l’artcile directement en citant ton commentaire très instructif 🙂
      Romain

Laisser un commentaire

Fermer le menu